lundi, septembre 28, 2009

LE NOUVEAU FILM DE MICHAEL MOORE ...

... arrive au Québec le 2 octobre.

En attendant, voici la bande-annonce et une entrevue de Moore par Klein à lire, ici, et une autre à CNN à regarder .



Que pensez-vous de Moore?

De mon côté, je vais aller voir le film: je trouve Moore divertissant, assez pédagoque et drôle ... même s'il tourne parfois les coins ronds.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

Michael Moore a défendu la candidature à la présidence des Etats-Unis du général David Petraeus, criminel de guerre notoire et resté impuni jusqu'à ce jour parce qu'états-unien.

Je n'irai pas voir le dernier film de Michael Moore.

Normand Baillargeon a dit…

Bonjour,
Où peut-on lire que Michael Moore a soutenu cette candidature — et aussi, bien entendu, que cet homme était candidat?

Normand

Enforcer a dit…

> Michael Moore a défendu la candidature
> à la présidence des Etats-Unis du
> général David Petraeus, criminel de
> guerre notoire et resté impuni jusqu'à
> ce jour parce qu'états-unien.

Je n'ai pas souvenir que Michael Moore ait défendu la candidature du général Petraeus à la présidence des États-Unis.

Par contre, il a bel et bien défendu la candidature du général Wesley Clark au même poste en 2004. On peut le lire dans son livre intitulé Dude, Where's My Country, paru en 2003. Wikipedia en parle également ici.

Normand Baillargeon a dit…

@ tous. Clark, oui, je sais. Mais Petraeus, qui en outre n'a pas été candidat???

N.

Jean-Joël Kauffmann a dit…

Bonjour,

Humble suggestion : la seule explication rationnelle qui me vient à l'esprit est qu'"Anonyme" aura confondu Clark et Petraeus...

On comprend dès lors qu'il soit resté "Anonyme"...

JJK

Normand Baillargeon a dit…

@ Jean-Joël Kauffmann : vous avez probablement raison.

Normand

Jean-no a dit…

Il faut dire que c'était un peu gros ! Pour ma part, je trouve Moore intéressant, mais il ne faut pas en attendre trop : ses procédés sont parfois manipulateurs ou absurdes (poursuivre un Chartlon Heston vieilli autour de sa piscine pour le mettre face à ses contradictions... bof) : s'il défendant des idées nauséabondes, son cinéma serait insoutenable.

Michel Monette a dit…

Entrevue de Moore au Commonwealth Club sur FORA.tv - Filmmaker Michael Moore on Capitalism: A Love Story. Vaut l'écoute (1h 04) comme bien des vidéos sur ce site.

Normand Baillargeon a dit…

@Jean-No:On ne doit pas être très loin, vous et moi, là-dessus. Je suis cependant assez sensible à son humour pour lui pardonner bien des choses.
@Michel: Merci du lien!

Normand

Frédéric a dit…

@ Normand

«Je suis cependant assez sensible à son humour pour lui pardonner bien des choses. »

De mon côté, je dirais que je suis assez sensible à son humour pour apprécier ses films. J'ai toutefois de la difficulté à lui pardonner sa malhonnêteté intellectuelle. J'ai l'habitude d'être aussi sévère envers les gens de droite que de gauche là-dessus.

Normand Baillargeon a dit…

@Frederic: il faut être impartial, bien entendu; mais la «malhonneteté» intellectuelle de Moore (est-ce le bon mot d'ailleurs?) est bien loin de ce tant d'autres nous servent, il me semble.

Normand

MatLak a dit…

Même si Micheal Moore coupe souvent les coins ronds, on ne peut nier que ces films soulèvent la discussion sur des sujets sensibles et importants.

Or, je suis tombé là-dessus et je ne sais trop quoi en penser :

http://blogues.cyberpresse.ca/lapresseaffaires/dufour/?p=2948

Normand Baillargeon a dit…

@ MatLak ; l,information est-elle exacte? Le savait-il? (Nous sommes nombreux (via des actions, des placements, des régimes de retriate) à prendre part sans qu'on le sache à des choses qu'on rejette.) Pourquoi ne pas le lui demander:http://www.michaelmoore.com/

Normand

Paul C. a dit…

It`s all entertainment!

J'aime beaucoup le travail de Moore mais ça reste tout à fait inoffensif. Columbine n'a rien changé aux armes à feux, Farenheit
n'a pas empêché la ré-élection de Bush et Sicko n'a rien fait pour assurer un système de santé public.

Comme Colbert et Stewart, ça fonctionne avec les gens déjà éveillés.

Pas certain que leur poids politique soit significatif, ou qu'il doive l'être.

It`s entertainment!

Normand Baillargeon a dit…

Paul: j'entends ce que vous dites et qui est plein de bon sens; mais aussi et par ailleurs, n'est-il pas un peu trop facile d'écarter le rôle que Moore eut avoir dans un processus de politisation? Après tout, on a tous été politisé à un moment ou un autre et par des moyens qui peuvent être ou comprendre d'avoir vu un film ou quelque chose du genre. Le travail a bien ce potentiel. Quoiqu'il en soit, ce serait bien d'avoir des éclairages à ce sujet.

Normand

Normand Baillargeon a dit…

@ Paul : le travail DE MOORE, voulais-je écrire..

N.

Paul C. a dit…

Bonjour M.Baillargeon

Les excellentes productions de M.Moore ont en effet tout un potentiel pour éveiller la conscience politique. Du moins c'est ce que je croyais. Hélas, je dois me rappeler ces analyses de la culture pop qui parlent d'un infini pouvoir à assimiler, asceptiser et digérer les messages.

Il serait en effet intéressant de disposer de données sur l'effet politique de tels films. Ce n'est pas de gaieté de coeur que je les soupçonne d'être inefficaces.

Paul C.

Normand Baillargeon a dit…

@Paul; Nus sommes vous et moi au même endroit, je pense. Moi peut-être un peu plus optimiste - c'est le pédagogue en moi...
N.

Karl Popper a dit…

J'aime bien Moore.

Une personne plus que nécessaire, surtout aux États-Unis..

Il a le mérite de susciter la discussion. En fait, les polémistes sont des acteurs importants dans la société et il fait parfaitement bien cette job.

Mais bon, Georges Bernasos à dit

"Le polémiste est admirable à 20 ans, supportable à 30 ans, ennuyeux jusque 50 ans, et obscène au-delà..."


Remarquez, je ne suis pas certaine d'être d'accord avec mon ami Gorges qui est peut-être un peu réac.

P'tit Seb a dit…

Bonjour,


Je vous trouve un peu dur avec M Moore. Je vous accorde qu'il utilise quelquefois des moyens que l'on pourrait qualifier de "malhonnêtes", il a au moins le mérite de jeter des pavés dans la mare là où aucun "journaliste" ne prend le risque de lancer un galet.

Et si on peut trouver démagogique d'aller voir le fabriquant de Nike et de lui donner un chèque du montant du salaire de ses ouvriers en Asie, ce procédé souligne de façon nette l'inacceptable de la situation et l'hypocrisie qui entoure les "restructurations sociales".

De plus ses films étant d'une bonne qualité de réalisation ils sont diffusés auprès d'un large public à l'international et permettent de crier au monde qu'aux Etats-Unis comme ailleurs des hommes cherchent aussi des alternatives.

Quand à la question de Paul sur l'efficacité de ses film... Je crois que c'est une fausse question.
Parce qu'aucun livre, aucun film à lui tout seul n'est efficace. En fait j'ai plus l'impression qu'il faut considérer ces films comme faisant partie d'un tout, des éléments d'une résistance plus globale.
Pour préciser ma pensée permettez une petite analogie :
Critiquer un régime en période dictatoriale (ouvertement ou même juste à ses proches) est un acte de résistance, (le rapport quantitatif, la mesure de l' "efficace" : "A quoi ça sert de n'en parler qu'à mon fils" n'a pas vraiment sa place.

Mais si vous n'êtes pas d'accord avec mon interprétation, je suis ouvert à la discussion


Bon après peut être que je changerai d'avis après avoir vu ce film il ne sort qu'à la fin du mois en France.

Bien à vous,

Seb