jeudi, janvier 14, 2010

L'HORREUR EST HUMAINE

Entendre ça en ce moment où Haïti saigne tellement. Il m'arrive de penser que je me suis trompé de planète...

11 commentaires:

Mouton Marron a dit…

Si les Haïtiens ont scellé un pacte avec le diable, comment se fait-il qu'ils ne se soient pas encore joints à Fidel Castro?

Normand Baillargeon a dit…

@Mouton Marron: Faudrait le demander à Pat.je suis certain qu'il sait.
Normand

JFS a dit…

Je n'en reviens tout simplement pas. Si le diable existait, je suis certain qu'il s'exprimerait comme ça. Heureusement que l'humain n'a pas besoin du diable. Il se débrouille très bien tout seul...

Normand Baillargeon a dit…

@JFS:«Si le diable existait, je suis certain qu'il s'exprimerait comme ça. ». ;-) !

Franck Wilmart a dit…

La stupidité , c'est comme la musique: plus tu crois avoir atteint un certain niveau de compétence, plus tu t'aperçois que le niveau à atteindre s'élève avec tes progrès (formule empruntée au guitariste de jazz Pat Metheny dont je vous recommande le prochain album "Orchestrion" à sortir le 26 janvier).
Consternant au moment où le peuple haïtien est confronté à une nouvelle catastrophe humanitaire !
Franck Wilmart
(France)
drwilmart@orange.fr

Normand Baillargeon a dit…

@Frank: Ça me rappelle une Hstoire de l'Humanité, de Cavana je pense. Le titre: Et le singe devint con; la suite était: Le con se surpasse.
Merci pour la suggestion: suis fan de jazz.

Normand

É. a dit…

Ce qui me plaît, à moi, grand fan de Bernaysades, c'est la subtile association catastrophe naturelle — dictatures sanguinaires. Sous-entendu : ce sont des choses qui se produisent, comme ça… on n'y peut foutrement rien. Sous-sous-entendu (ici exprimé avec une candeur auschwitzienne par ce moron de Robertson) : Voilà ce qui arrive aux esclaves qui rêvent aux lendemains qui chantent.

En tout cas, monsieur Baillargeon, je vous ai emprunté ce merveilleux lien. Merci. Quelle époque formidable.

Normand Baillargeon a dit…

@É: merci de ce judicieux commentaire.
Normand

É. a dit…

Permettez-moi de paraphraser le grand Mario Lemieux, ici : lire les pleurnicheries des journaux de Power Corporation à pleines pages, c'est quand même, faut l'avouer, faut le savourer, faut le retenir pour le raconter plus tard, c'est crissement quelque chose. Oulah. J'ai l'alarme à l'œil.

Frédéric a dit…

@ Normand

«Ça me rappelle une Hstoire de l'Humanité, de Cavana je pense. Le titre: Et le singe devint con; la suite était: Le con se surpasse.»

C'est de fait de Françaois Cavanna. La série s'intitule «L'Aurore de l'humanité» et le troisième tome «Où s'arrêtera-t-il ?

En réponse à Robertson :

http://www.youtube.com/watch?v=zPoWOw8Jm5w

Sébas a dit…

Pat R. le 'religieux' (fondamentaliste), est à la foi,
ce que le capitalisme(basé sur des "millions' de lois et de la monnaie étatique), est au véritable libre marché...