dimanche, mars 01, 2009

PHILOSOPHIE EXPÉRIMENTALE ?

Mon article sur la naturalisation de l'éthique, posté sur ce blogue, a évoqué cette «philosophie expérimentale» (ou X-Phi) qui fait beaucoup jaser de puis quelques années.

Le magazine Prospect propose ici un très bon article introductif sur le sujet.

Avis aux philosophes de passage — ou à toute autre personne intéressée.

4 commentaires:

hnk a dit…

Bonjour,

Très bon article. En fait, comme l'article l'explique très bien, il ne s'agit guère que d'un retour à l'attitude philosophiques des "Lumières" des 17è et surtout 18è siècles (cf. Descartes, Locke et Hume, cités dans l'article), après la "longue nuit" (les Québécois diraient peut-être la "Grande Noirceur") de la contre-révolution du 19è siècle et de son irrationalisme (Bonald, Maistre, Hegel, et surtout Nietzsche, véritable matrice intellectuelle de toutes les horreurs du 20è siècle).

@ M. Baillargeon : Merci de votre réponse à ma précédente question. Vous avez mille fois raison de ne pas vous intéresser aux intellectuels français contemporains (ou même postérieurs à 1815), et je partage entièrement votre attitude sévère (mais juste) à leur égard. En se livrant au tour de passe-passe idéologique qui consista à faire passer l'irrationalisme hégélien, puis nietzschéen pour une idée progressiste (cf. le petit livre d'Aymeric Monville à ce sujet), ils comptent parmi les principaux responsables du discrédit de la philosophie et de l'anti-intellectualisme qui règne actuellement dans une bonne partie du monde dit "occidental", même si c'était largement involontaire de leur part (encore que...).

La "contribution" de la France aux débats intellectuels et philosophiques actuels est aujourd'hui franchement négative, voire carrément néfaste. Son "rayonnement" scientifique est quasiment nul. Sese "intellectuels" ont des comportements digne d'une caste mafieuse (cf. BHL). Pas mal pour un pays qui a produit Descartes, Voltaire, Lavoisier, Condorcet, Proudhon, et qui a fait deux des révolutions les plus retentissantes de l'histoire de l'humanité (1789 et la Commune de 1871). Ce n'est plus un déclin, c'est une déconfiture quasi totale, voire un suicide en bonne et due forme. (Mais fallait-il vraiment attendre quelque chose de valable du pays de Louis XIV et de Napoléon ?) Aujourd'hui, paradoxalement, l'espoir ne peut venir que des pays "anglo-saxons", peut-être à cause de l'hégémonie culturelle et linguistique qu'ils exercent sur le reste du monde et que je trouve pourtant largement illégitime. Cette hégémonie leur permet d'attirer vers eux les meilleurs chercheurs, philosophes, scientifiques, etc, du monde entier, dans un esprit d'émulation permanente, et ceci explique sans doute cela. Comme dirait sans doute Benoît XVI, "les voies de la providence sont impénétrables".

http://www.monde-diplomatique.fr/2007/09/BRICMONT/15131

http://fr.wikipedia.org/wiki/Impostures_intellectuelles

http://www.youtube.com/watch?v=N7v19ZKIpuU&feature=related

hnk a dit…

Bonjour,

(...) SES "intellectuels" (...)

Normand Baillargeon a dit…

@hnk. Désolé du délai de réponse. Excellent commentaire, comme toujours. de mon côté, ce que j'ai sans doute le plus apprécié de la France du XXè siècle et apprécie toujours, ce sont ses mathématiciens (le trop peu que je comprends...) et ses poètes.

Normand

Anonyme a dit…

Ou alors faudrait-il prendre l'expérimentation au sens mental du terme, en trouvant de nouveaux appuis pour garder une possibilité de saisie d'enjeux montants. Un exemple utilisant la science-fiction dans cette perspective : http://yannickrumpala.wordpress.com/2009/02/21/la-science-fiction-comme-voie-pour-elargir-le-champ-des-experiences-de-pensee/