mardi, octobre 07, 2008

SLAPP

[Une version remodelée de ce texte est parue dans Siné Hebdo]

S’il y a bien une chose que les institutions dominantes de nos démocraties libérales n’aiment guère, c’est que le public soit réellement informé des grands enjeux sociaux, économiques et politiques et les discutent sérieusement avant d’exercer une réelle influence sur les prises de décision: démocratie, oui, sans doute, mais pas trop. C’est ainsi qu’au Canada et aux États-Unis, comme ailleurs, tout un tas de mesures sont couramment déployées pour éviter le grave danger que présente ce que la Commission Trilatérale a déjà pudiquement nommé le «surcroit de démocratie», c’est-à-dire le fait que les gens se mêlent de ce qui les regarde.

Posséder les médias d’information est un de ces moyens, déployé par les corporations. Mais les États ne sont pas en reste : par exemple des fonctionnaires gênants sont mis à pied, des recherches sont commandées à des scientifiques complaisants, des données sont dissimulées, des textes supprimés et des rapports d’une immense importance sont rendus publics à des moments où ils ont le plus de chance de passer inaperçus.
Mais il arrive que tout cela ne suffise pas. C’est pour ces cas-là qu’a été imaginée une nouvelle stratégie, dont l’usage se repand à grande vitesse : les SLAPPs.

Ce sont des Strategic Lawsuit Against Public Participation et en français, ça se traduit par «poursuite bâillon», en d’autres mots par «ferme-ta-gueule».
Écosociété, une petite maison d’édition indépendante qui a notamment publié Noam Chomsky, en sait quelque chose. Ce printemps, on y publiait Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique. Le livre documente les agissements de sociétés aurifères canadiennes en Afrique. Ce qu’on y lit est terrifiant, mais les auteurs du livre assurent s’être appuyés sur des sources sûres : des documents de l’ONU, des rapports de Human Rights Watch, des dépositions faites au congrès des Etats-Unis, par exemple.

La réaction n’a pas tardé : on a d’abord cherché à interdire la publication du livre puis, quand Écosociété a refusé de céder, une SLAPP est tombée. En fait, deux.
En mai, Barrick Gold, qui est la plus grosse compagnie aurifère au monde, avec $1 , 73 milliards de profits nets en 2007, a réclamé six millions de dollars à Écosociété. En juin, rebelote, comme vous diriez chez vous : cette fois, c’est Banro, une société minière ontarienne, qui réclame cinq millions de dollars. Au total, onze millions sont exigés d’Écosociété, soit plus de 7 millions d’euros.
Avant même de commencer, le procès la cloue au sol. Écosociété doit mobiliser toutes ses ressources financières et humaines pour assurer sa défense. Pire : sa mission première, publier des livres d’intérêt public et susciter des débats de fond est sérieusement compromise, tandis que tous les autres éditeurs y penseront à deux fois avant de publier un livre qui s’attaque aux grandes corporations.

Les SLAPPs auraient existé durant le Guerre d’Espagne, on aurait interdit à Picasso de peindre Guernica et à Orwell de publier Hommage à la Catalogne.

Mais Écosociété prépare sa défense. Elle a reçu des tas d’appuis, par exemple de Hubert Reeves, de Richard Desjardins, de Naomi Klein, de Noam Chomsky et de nombreux autres. La petite maison d’édition en a grandement besoin. La démocratie, la vraie, celle dont il ne saurait y avoir de surcroît, également.

Pour appuyer Écosociété, visitez :[http://slapp.ecosociete.org/]

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Savez vous comment obtenir le livre (Noir Canada) en France?

Normand Baillargeon a dit…

Bonjour,
Je prendrais une chance avec la librairie du Québec à Paris. Sinon, directement d'Écosociété.

Normand

bazarboy a dit…

Hello

Voilà un sujet qui mérite approndissement....
Je vais de ce pas jeter un coup d'oeil.
J'en ferai peut être un petit papier sur mon blog....

See ya buddy

Bboy

hnk a dit…

Bonjour M. Baillargeon,

Très bon article, mais il me semble que la commission trilatérale avait plutôt parlé "d'excès de démocratie", ce qui n'est pour le coup pas du tout "pudique", et aurait plutôt le mérite de la franchise et de la clarté sur l'objectif recherché à long terme : revenir sur l'essentiel des conquêtes démocratiques des derniers siècles. Les procédures que vous citez n'ont pas comme seul but de "fermer la gueule" ponctuellement à tel gêneur à un moment donné, mais participent aussi de cet objectif à long terme.

Cordialement.

(Source : http://www.chomsky.info/articles/20080508.htm)

Normand Baillargeon a dit…

Bonjour,

J'ai effectivement rendu excess par surcrooît: or, vous avez raison: excès est mieux.

Normand B.

Anonyme a dit…

Un documentaire relié à ce sujet : Mirage d'un Eldorado.

http://www.cinemaduparc.com/affiche.php?id=mirages#top

Par contre, il se termine aujourd'hui au cinéma du Parc...Faudrait voir s'il continuera en salle ailleurs...

Anonyme a dit…

Merci, Normand.
Super étant proche de Paris, je regarderai pour ce bouquin et decouvrirai cette librairie.

Normand Baillargeon a dit…

Je dois ajouter que Barrick Gold vient d'inventer le MétaSlapp, si j'ose dire: en effet, après avoir intenté cette poursuite de six millions de dollars contre l Écosociété, elle la met maintenant en demeure de ne plus utiliser l'expression «poursuite-bâillon» pour qualifier son action en justice, sans quoi elle s'expose à des demandes plus importantes en matière de «dommages punitifs». (Source: Alexandre Shields, Le Devoir)

Michel a dit…

La question qui se pose toujours dans des cas pareils: "Qui Bono?" À qui cela profit-il (réellement). Est-ce au président de la compagnie, au conseil d'administration, aux actionnaires...? Avec l'incorporation des entreprises, il est difficile de savoir qui portent l'odieux de la chose. Ras-le-bol des dirigeants de l'ombre, à moins qu'il n'existe un esprit Barrik Gold et que les gens mentionnés ci-haut ne se sont que des pions.

J'ai cru remarquer que l'incorporation des entreprises amène une certaine déshumanisation transformant ces dernières en montre de Frankenstein ayant une vie propre.

Normand Baillargeon a dit…

Michel,
Ton idée rejoint celle d'un
auteur canadien, qui a rédigé un livre intitulé The Corporation dans lequel, partant de ce fait que les coporations sont désormais des personne morales immortelles, il s'est demandé quelle était leur personnalité, l'analysant comme un psychiatre, à partir de leurs comportement, valeurs, etc.la réponse: pathologique.

On en a tiré un excellent documentaire, que tu peux visionner ici: http://www.sidereel.com/The_Corporation/_watchlinkviewer/2

(et ailleurs sur le net, sans aucun doute)
Normand

Michel a dit…

Merci pour votre recommandation, mais j'ai déjà vu le documentaire. Par contre, je n'ai jamais lu le livre. En fait,je ne savais pas qu'il y en avait un. Je vais voir si je peux me le procurer à la bibliothèque municipale, sinon, j'essayerai de le trouver ailleurs.