mardi, avril 27, 2010

EXTRAIT D'UNE LETTRE DE ROCKER

Je traduis en ce moment un livre de Rudolf Rocker. Durant mon travail pour préparer l,introduction de ce livre, je suis tombé sur une lettre datée du 15 mai 1952 (à Boris Yelensky ). Rocker écrit, parlant de l'anarchisme:

«Il me semble que notre mouvement tout entier est devenu un vaste foyer de querelles personnelles — et pas seulement ici, aux États-Unis, mais dans tous les pays. On y trouve tant d’amertume, tant de présomption et une si forte tendance à minorer ou à dire du mal du bon travail d’autrui, qu’il n’est pas étonnant que notre mouvement soit entré dans la phase de son histoire la plus critique depuis l’époque de la Première Internationale. Les idées fondamentales de l’anarchisme ne mourront jamais et elles demeureront un source d’inspiration; mais je doute fort qu’un renouveau de l’esprit libertaire émanera des rangs du mouvement actuel .»

Ça mérite réflexion, il me semble...J'ai en tout cas voulu en garder trace ici.

15 commentaires:

Luscus a dit…

he,he,he... ;)

Michel Fafard a dit…

Cette lettre vient confirmer en partie une observation que j'ai faite sur l'anarchisme et les anarchistes que j'ai commencé à élaborer après avoir entendu quelques extraits de Lacrymos à l'émission radiophonique Par 4 chemins: le problème de l'anarchisme se sont les anarchistes.

Évidement, à prendre avec une pincée de sel.

Bakouchaïev a dit…

Je suis en accord, d'une certaine façon, avec la lettre si on parle de conflits personnels, mais en même temps, les désaccords et certains conflits me semble inévitable, ne serait-ce que des conflits au point de vue intellectuel. Si non, on devra rejetter toute forme de démocratie et épouser le stalinisme. Parce que si on pensait tous et toutes de la même façon, il n'y aurait rien à débattre et nul besoin de démocratie directe. Un dictateur ferait très bien l'affaire, puisque ce dernier verrait les choses comme l'ensemble de la population.

Je trouve que certaines personnes agissent comme des imbéciles au nom de l'anarchie, d'autres de façon hautaine ou bornée. Mais qui suis-je pour juger?

S'il faut éviter les insultes, les commentaires gratuits et faire preuve de mauvaise foi, il faut continuer de débattre et d'échanger. Et la critique est inévitable. Certaines seront plus constructives que d'autres. Il faut en prendre et en laisser.

Là où je décroche est si on me demandait d'éviter toute critique, car de toute manière, c'est la base de la pensée libertaire.

Et puis ce qui aiderait serait de nuancer nos propos et arrêter de tout voir en noir et en blanc. Si on adopte une pensée binaire, on réduit le champs des possibles. On a pas toujours a choisir un camp ou un autre.

É. a dit…

Tout mouvement « alternatif » qui s'accommode des mensonges doctrinaires sur le Ruanda, la seconde guerre ou le 11 septembre est destiné à affaiblir la résistance. Zinn et Chomsky, que vous semblez garder en haute estime, en ont été de pitoyables exemples. À mon avis, quel que soit le talent artistique des acrobates littéraires, si celui-ci est employé, par omission ou commission à nier, ignorer ou trivialiser les pires crimes de l'Empire, il est non pas inutile, mais nuisible.

J'oserais ajouter que chanter les louanges de tels collabos subtils revient à pourrir la résistance de l'intérieur. Il faut se montrer disciplinés, intransigeants et insensibles au statut de stars que certains « opposants » obtiennent au sein de la hiérarchie de la société du spectacle. D'une certaine manière, ceux-ci sont bien pires que les Dick Cheney, Zbigniew Brzezinski et autres Kissinger, desquels on attend rien de moins que de la plate rhétorique génocidaire fardée d'ennui et d'ordinaire.

NG a dit…

Je perçois clairement le plaisir que vous ressentez à vous regarder écrire (acrobatie littéraire ?) mais je ne perçois pas bien le sens de votre propos.

Normand Baillargeon a dit…

@É: Citation: Tout mouvement « alternatif » qui s'accommode des mensonges doctrinaires sur le Ruanda, la seconde guerre ou le 11 septembre est destiné à affaiblir la résistance. Zinn et Chomsky, que vous semblez garder en haute estime, en ont été de pitoyables exemples.


Je suis incapable de prendre au sérieux ce que vous dites. Désolé.

Normand

Jean-Joël Kauffmann a dit…

Bonjour,

@ "é" :

Vous dites:

"Tout mouvement « alternatif » qui s'accommode des mensonges doctrinaires sur le Ruanda, la seconde guerre ou le 11 septembre est destiné à affaiblir la résistance."

Supposons que ce que disent les "conspiracy theorists" à propos du 11 septembre 2001 soit vrai (ce que je ne crois pas une seule seconde). Quelle conclusion pourrait-on en tirer ? Que les puissants sont prêts à tout pour arriver à leurs fins ? En voilà une découverte ! Thucydide, v. 400 avant notre ère, disait déjà la même chose. De plus, ce n'est pas parce que les puissants sont prêts à tout pour arriver à leurs fins qu'ils vont forcément le faire ; il y a des choses atroces qu'ils pourraient faire et qu'ils ne font pas, tout simplement parce qu'ils estiment que cela ne servirait pas leurs intérêts (voire les desservirait).

Les puissants sont amoraux au point qu'on peut dire d'eux ce que Rivarol disait déjà de Mirabeau : "Il est capable de tout, même d'une bonne action."

C'est les gens comme vous, parce qu'ils accordent du sérieux aux délires de quelques cinglés, qui "affaiblissent la résistance". Au risque d'utiliser une formule éculée (mais qui reste plus que jamais d'actualité selon moi), "seule la vérité est révolutionnaire".

JJK

É. a dit…

NG : relisez lentement, ça va pénétrer.

Normand : avez-vous lu ou seulement traduit ce cher Bernays ? C'est moi qui risque de ne plus pouvoir vous prendre au sérieux.

Les mensonges sur le Ruanda ont été exposés par Philpot, Madsen et surtout la commission McKinley. J'espère que vous ne basez pas vos diktats sur le roman raciste de l'autre caillou conradien.

Les principales farces de l'histoire officielle de la Seconde Guerre mondiale ont été démasquées par les Edwin Black, Antony Sutton, Carroll Quigley, Roman Brackman, Varlam Chalamov et Max Wallace qui sont, j'espère que vous en conviendrez, des auteurs au moins aussi sérieux que la présente compagnie.

Quant au 11 septembre, bon sang, je peux bien, du fond de ma fatigue, citer Tarpley, Rupert ou le rapport officiel lui-même (qui avoue ne pas avoir trouvé de mastic assez élastique pour boucher ses propres trous), mais si vous avez le sens de l'observation, vous avez dû remarquer que trois tours tombent frappées par deux avions (3-2=1). On peut s'arrêter là, pour ce qui est de la version médiatiquement acceptable.

Mais, euh… Ça n'a pas un goût un peu fétide, dans vos bouches d'anarchistes, les affirmations de Donald Rumsfeld ?

Kaufman : vous me citez Lénine, cet agent avéré du Kaiser Wilhelm II ? C'est un aveu, ou le genre d'auto-sabotage approximatif dont on est en droit de s'attendre de la part de « gens comme vous » ? Marrante, votre marotte de citer Thucydide, non ? N'a-t-il pas choisi de raconter la guerre du Péloponnèse parce qu'il s'agissait du point tournant de son époque ? Voilà précisément pourquoi il n'est pas farfelu de se pencher sur les affirmations loufoques des administrations états-uniennes en ce qui a trait aux tragédies du 11 septembre 2001.

Qui oserait encore soutenir aujourd'hui que l'incendie du Reichstag ait été l'œuvre de ce pauvre Marinus Van der Lubbe ? Les Anarchistes, apparemment.

Jean-Joël Kauffmann a dit…

Bonjour,

@ "é" :

J'ai trop de respect pour les personnes souffrant de maladie mentale pour vous traiter de fou.

Il est impossible de dialoguer avec les gens de votre espèce. "Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre."

É. a dit…

Hasta que me morio, pendejo.

Jean-François Thibaud a dit…

Messieur Kauffman et Baillargeon usent encore une fois de procédés usés à la corde pour discrédité Éric McComber qui essayait de débattre avec vous.

Je dois d'abord dire, que côté formation, j'ai un minable DEC en lettres, un baccalauréat en musique, chant populaire, ce qui n'est pas très sérieux pour oser me frotter à vous, j'en convient. Par contre, j'ai dix ans de parcours sur le plaqncher des vaches, les mains dans le camboui. et je suis tombe au hasard sur la page 77

Jean-François Thibaud a dit…

Messieur Kauffman et Baillargeon usent encore une fois de procédés usés à la corde pour discréditer Monsieur McComber

Je dois d'abord dire, que côté formation, j'ai un minable DEC en lettres, un baccalauréat en musique, chant populaire, ce qui n'est pas très sérieux pour oser me frotter à vous, j'en conviens. Par contre, j'ai dix ans de parcours sur le plancher des vaches, les mains dans le cambouis à bûcher comme un malade pour gagner ma vie.

Je viens de prendre dans ma bibliothèque le livre de Monsieur Baillargeon, Petit cours de d’auto-défense intellectuelle. Qui fait partie d’une pile d’une trentaine d’ouvrage de survie. Chomsky y figure aussi. Même si je suis plutôt d’accord que son négationnisme du 11 septembre est nocif, je considère que son travail pédagogique demeure essentiel.

La réponse de Monsieur Baillargeon envers Éric est sans appel, comme beaucoup d’« intellectuels » qui touchent un chèque de paye, il refuse d’en discuter. Soit. Que 50 % de la population américaine et 30 % de la canadienne ne croit pas à la théorie officielle ne semble pas vous agacez suffisamment pour vous penchez sur le sujet ? J’essaie de voir dans votre manuel d’auto-défense, quel est le procédé qui est utilisé d’après-vous par notre argumentation qui conduit à cette réponse sans appel. L’appel à l’ignorance ?

En général, dans les discussions sur le sujet, je vois plutôt chez les défenseurs de l’indéfendable théorie officielle du 11 septembre, le procédé de l’appel à l’autorité. En particulier chez les sceptiques du Québec, avec qui monsieur Baillargeon « collabore » et qui ne manquent pas une occasion pour nous la servir.

Jean-François Thibaud a dit…

Quand à Monsieur Kaufman… je ne serai pas poli, tout en sachant que mon effort risque bien de se frotter à un mur de froide indifférence. Mais.. il n’est point besoin d’espérer pour entreprendre comme disait ce cher Guillaume d’Orange…

Monsieur Kaufman :

Supposons que ce que disent les "conspiracy theorists" à propos du 11 septembre 2001 soit vrai (ce que je ne crois pas une seule seconde). Quelle conclusion pourrait-on en tirer ? Que les puissants sont prêts à tout pour arriver à leurs fins ? En voilà une découverte ! Thucydide, v. 400 avant notre ère, disait déjà la même chose.

Fin de l’argumentaire. C’est quand même fort ! Coudonc, vous travaillez dans quel but pour ergoter comme des intellectuels de salons ? Supposons que la théorie officielle soit fausse et que Dick Cheney, dans le bunker, donne les ordres pour laisser passer les avions. Dans une démocratie fonctionnelle, il y’aurait alors enquête, procès, condamnation, idéalement, changement de régime et tutti quanti. Si le peuple n’est pas content de cette enquête bâclée pleine de trous gros comme des aéroports, (comme cette fameuse troisième tour qui tombe toute seule) dans une démocratie fonctionnelle, il a le droit de la réclamer. C’est pourtant simple comme un couperet de guillotine.

De plus, ce n'est pas parce que les puissants sont prêts à tout pour arriver à leurs fins qu'ils vont forcément le faire ; il y a des choses atroces qu'ils pourraient faire et qu'ils ne font pas, tout simplement parce qu'ils estiment que cela ne servirait pas leurs intérêts (voire les desservirait).

Rien à redire. C’est un truisme. Les mobiles sont à étudier froidement. Mais la plupart des interrogations sur le 11 septembre ne concernent pas les mobiles, mais les innombrables incohérences des faits tels que rapportés dans le rapport final de la commission.

Jean-François Thibaud a dit…

Les puissants sont amoraux au point qu'on peut dire d'eux ce que Rivarol disait déjà de Mirabeau : "Il est capable de tout, même d'une bonne action.

Quel ostie de citation merdique précieuse de salon XVIIIème siècle dans le contexte d’une discussion sur les conséquences d’un possible attentat fabriqué qui entraîne l’humanité dans une guerre au terrorisme sans fin…

C'est les gens comme vous, parce qu'ils accordent du sérieux aux délires de quelques cinglés, qui "affaiblissent la résistance".

Ça, c’est de l’argumentation had hominem la plus abjecte.

Parmi les quelques « cinglés » qui réclament la ré-ouverture de l’enquête ou qui doutent de la version officielle, Monsieur Kaufman, il y a des sénateurs, des membres du congrès, des politiciens étranger comme l’ex-secrétaire d’état à la défense allemande, des ex-agents des services secrets britanniques ou américains, plus de deux-cents haut-gradés militaires, plus de milles architectes et ingénieurs, des pilotes , des profs, des survivants et des familles éprouvées, et des centaines d’artistes dont Rosie ODonell, David Lynch, Martin et Charlie Sheen, Mark Ruffalo, Marion Cotillard, Juliette Binoche, l’écrivain portugais prix Nobel de la paix, José Saramago… La liste est interminable et ce sont « tous » des cinglés ? !!!!

C’est vraiment à demander dans quel but vous travaillez ?

Moi, je suis convaincu que c’est une magouille de A à Z comme une grande majorité des gens sur cette planête (attention cette affirmation est totalement gratuite !). Il demeure que je peux être dans l’erreur et que l’unanimité des représentants des médias occidentaux et des intellectuels s’appuie sur des bases très solides.

Monsieur Kaufman termine avec ceci, au risque d’être éculé, précise-t-il

"seule la vérité est révolutionnaire".

Le sentiment du peuple américain à 50 % en ce moment est que la preuve de cette « vérité » est toujours à faire..

Alors que des artistes et des intellectuels applaudissaient à tout rompre le prix Nobel de la paix remis à Obama à peine un mois avant qu’il ne double les effectifs en Afghanistan, qu’ils fondaient beaucoup d’espoirs sur sa réforme de la santé qui s’est avérée complêtement bidon
ou sur l’engagement de ce « sauveur » à discipliner les escrocs de Wall Street,alors que les têtes d’affiches de Goldman Sachs sont aux postes clefs de son administration, comment voulez-vous que nous prenions au « sérieux » pour reprendre votre expression chérie leur démarche intellectuelle « révolutionnaire ».

Nous sommes rendu au temps du maquis. Et Messieurs Baillargeon et Kaufman, pour le moment, je ne vois pas le jour où vous aller quitter vos prétentions et descendre avec nous sur le plancher des vaches pour au moins discuter.

Tabarnak !

Jean-François Thibaud

Jean-François Thibaud a dit…

Erratum

Plusieurs fautes d'orthographes..Désolés..

José Saramago, prix Nobel de littérature et non de la paix, il va sans dire....