lundi, décembre 01, 2008

JE VAIS ALLER VOTER! NON? SI!...

...et ça va me faire tout drôle, je dois l'avouer.

Je dois dire que je ne suis pas un anti-votard systématique et qu'il m'est arrivé de voter — à des référendums, par exemple, ou lorsque je pensais que mon vote pouvait faire une différence. Ce ne m'est toutefois arrivé que très, très rarement.

Cette fois, je vais aller voter pour Québec Solidaire. Et je vais voter sans me boucher le nez, ce qui est déjà énorme

Les idées que ces gens-là défendent sont très largement proches de beaucoup des miennes; ils apportent déjà un souffle neuf et important à la vie politique québécoise. Il est crucial que cela continue et il est donc de la plus haute importance que, lors de cette élection, Québec solidaire fasse le plein de votes , pour assurer la pérennité de son action, pour faire en sorte que ses idées soient toujours présentes et discutées.

Rêvons: un, ou deux, ou trois candidatEs de Québec solidaire est ou sont éluEs. Cela fera un réel changement dans la dynamique de la vie politique et parlementaire du Québec.

Imaginez qu'on entende parler, à chaque jour, dans les grands médias, d'idées neuves qui n'y sont que très rarement évoquées. Une importante porte vers un réel changement serait ouverte. Et je rappelle qu'aux dernières élections, Amir Khadir et Françoise David sont passé tout près du but.

Le 8, je vais donc aller voter pour QS, sans gêne aucune et sans penser que je trahis mes idées et idéaux libertaires.

Le site Internet de Québec Solidaire se trouve ici: prenez le temps d'aller voir ce qu'ils préconisent

32 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

Le chat sort du sac, vous êtes un gau-gauchiste étatiste qui prône la violence étatique pour en arriver à vos fins. Et en plus, vous serez complice de la réélection de la charogne soi-disant libérale.

Cessez de vous définir comme un anarchiste, hypocrite!

Martin PM a dit…

Bonjour,

Je ne suis pas libertaire ou anarchiste, mais je respecte beaucoup vos écrits qui me font grandement réfléchir. J'ai des idées à tendance socialiste, mais je suis toujours rattaché à un esprit de liberté. je suis agréablement surpris de votre appui à Québec solidaire, ne serait-ce qu'une seule fois!

Sincèrement,
Martin PM

Normand Baillargeon a dit…

Merci à Martin pour son commentaire.Quant à la personne qui signe anarchopragmatisme, je vais considérer que c'est une blague.Sinon, ça ne mérite même pas une réfutation.

Normand B.

anarchopragmatisme a dit…

Je suis très sérieux. Ça n'a aucun sens pour un anar d'appuyer le parti le plus étatiste.

Le chat sort du sac, vous êtes un gau-gauchiste étatiste qui prône la violence étatique pour en arriver à vos fins. Et en plus, vous serez complice de la réélection de la charogne soi-disant libérale.

Cessez de vous définir comme un anarchiste, hypocrite!

anarchopragmatisme a dit…

Aucun parti politique ne propose quoi que ce soit de viable pour les anarchistes. Tous la même rengaine: l'État a le droit d'utiliser la violence pour en arriver à ses fins.

Le seul point qui me fait considérer le PCul comme le moins pire de ces partis de merde est qu'il propose réellement la séparation du Québec, ce qui est avantageux pour les anarchistes. Mais pour le reste, je sais fort bien que le PCul est un parti de merde.

Un gouvernement local est plus près d'une anarchie: il est donc plus facile à dissoudre.

anarchopragmatisme a dit…

Le plus ironique, c'est que vous êtes le principal penseur qui a fait en sorte que je soie un anarchiste.

Comprenez-moi bien, j'apprécie généralement beaucoup vos écrits, mais là vous dérapez.

Anne-Marie P. a dit…

@ anarcho-pragmatique : Il y a des gens sur qui ce genre de provocation peut fonctionner, d'autres non.

Julien Royal a dit…

@anarchopragmatisme

Je te trouve un peu dur avec QS, je lis souvent votre blog sans poster réellement et j'apprécie vos idée. Je trouve que la base d'une véritable lutte contre un état au pouvoir coercitif repose si l'on use de la voie démocratique dans l'appui que l'on peut donner à des partis sensés. La vision de la démocratie que propose QS est favorable aux groupes de pression et à la revendication et favoriserait à long terme tout mouvement libertaire.

jimi292 a dit…

@anarchopragmatise
Ça ne servira probablement à rien de vous répondre, mais c'est plus fort que moi. Je trouve que vous dépassez les bornes. Je ne crois pas que M.Baillargeon prône la violence étatique. Je le trouve plutôt pacifique. C'est vous qui dérapez mon cher. Rappelez-vous du vieux dicton qui dit qu'il faut tourner sept fois sa langue avant de parler. Je n'arrive pas à croire que vous prenez(ou perdez?) votre temps pour dire de telles absurdités.

@M.Baillargeon
Je viens de vous découvrir. J'avais seulement entendu parler de vous un peu par des amis qui vont à l'Uqam. Je trouve ce blog très intéressant. Je vais me servir de votre livre sur Voltairine de Cleyre pour une dissertation sur l'autorité. Vos écrits(je viens de réaliser qu'ils sont plus nombreux que je croyais) sont très pertinents. Si je vais à l'Uqam l'an prochain, j'espère vous avoir comme professeur ou du moins vous y croiser!

Mic a dit…

Bonjour,

Personnellement, j'ai des valeurs libertaires, donc axées sur une démocratie plus populaire ou directe, mais je suis ouvertement «réformiste» au sens où je travaille avec les gens d'aujourd'hui; je suis en dialogue direct avec les progressistes.

Je connais bien les membres de Québec solidaire, et j'en suis. Ils/elles ont comme point en commun un désir de faire avancer concrètement une démocratie participative au vrai sens du terme (l'assemblée a un vote déterminant à la fin du processus).

Pour moi, la personne anarchiste-libertaire doit être par définition une vraie démocrate et on reconnaît la personne démocrate par son respect des idées marginales et la parole qu'elle accorde aux autres.

Quand on veut une société libertaire juste, on veut un monde où règne le dialogue et le respect. Donc on parle avec l'ensemble des mouvements de gauche. Dans les faits, je trouve que mes valeurs libertaires avancent plus avec Québec solidaire que dans bien d'autres mouvements.

nb: dans un système anarchiste, les gens pourraient adopter des programmes collectifs gérés par un comité élu.

ciao,
Michaël Lessard

anarchopragmatisme a dit…

@Anne-Marie P

Comment voulez-vous qu'un anar réagisse autrement quand il se rend compte qu'un autre anar soi-disant intelligent appuie Québec Suicidaire, le parti le plus étatiste qui est complice de Jean Charest par la même occasion?

Comment peut-on faire progresser l'anarchisme en restant dans le Cacanada, avec les valeurs drouatistes étatistes militaristes qui prennent de plus en plus de place dans le Rest Of Canada, où les CONservateurs sont majoritaires au parlement fédéral?

@Julien Royal

Québec Suicidaire propose un État encore plus coercitf et obèse! Je ne vois pas en quoi cela sert l'anarchisme.

Et comprenez-moi bien, je sais fort bien que le PCul n'a rien à voir avec l'anarchisme mais au moins la séparation du Québec serait un pas dans la bonne direction!

@Jimi292

QS propose un État encore plus coercitif et obèse. Il propose d'augmenter encore plus le fardeau fiscal. Autrement dit, encore plus de violence étatique!


@Mic

Je ne dis pas qu'il n'y a rien de bon chez Québec Suicidaire. En effet, le processus politique interne est intéressant mais la programme politique de Québec Suicidaire est trop étatiste pour qu'un véritable anarchiste ne puisse l'appuyer!

Paul C. a dit…

Je pense avoir fini de voter. Après avoir voté pour les grands partis, les petits, annulé mon vote, j'en suis à refuser de participer. Ce qui se passe au fédéral présentement ne fait rien pour me dissuader. J'en suis à croire sincèrement que la classe politique n'a pas de pouvoir autre que de garocher des peanuts à leurs amis (contrats de publicité).
J'attend le vote représentatif et j'attend un candidat qui dira vouloir rendre le parlement au citoyens. Marois laisse des problèmes partout où elle passe, Charet veut vendre le nord qui n'a même pas fini de dégeler et Dumont est le Guy A. Lepage de la politique. QS est en effet plus près de mes préoccupations mais malheureusement séparatiste. Enfin, je me méfie gravement des anarchopsychotiques.

À plus tard pour la démocratie.

anarchopragmatisme a dit…

Ma réaction:

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/12/02/trillet/

anarchopragmatisme a dit…

http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008
/12/02/trillet/

Marc-Olivier a dit…

Bonjour M. Baillargeon,

Je lisais votre billet et je me demandais ceci : avec les raisons que vous donnez, est-ce que ça ne vous engage pas à aller voter pour toutes les élections futures?

Anonyme a dit…

Si à 15 ans tu es anarchistes, c'est que tu es un conformiste
Si à 20 ans tu es anarchistes, c'est que tu te cherches encore un style et te prépare à voter ADQ parce que tu es trop enrager de la vie.
Si à 30 ans tu es anarchistes, vote PLQ, tu auras le Québec à détruire.
Si à 40 ans tu es anarchistes vote QS, c'est une façon originale d'annuler ton vote.
Les anarchistes sont des adolescents qui non jamais muris.
hihihi

Sam a dit…

En tout cas, on peut se dire bien des choses et rire de bien d'autres, mais quand on ne participe pas aux mouvements dans les milieux autour de nous, ça fait pas grand chose autre que brasser de l'air. Mr. Baillargeon, le désir de participer au mouvement sociaux nous est probablement commun, mais le Québec solidaire ne m'apparait guère autres choses qu'une version réchauffée du PQ des années 70 dans un pic international des "luttes de libération nationale". Je trouve très rigolo que QS ait cherché, à cette campagne-ci, d'essayer de rejoindre les anarchistes et les abstentionnistes. L'éternelle chansonnette de la fabrication d'unions avec des groupes plus modérés, comme si c'était la seule façon qui nous restait pour mener notre combat dans la société. Oui, l'union, parce qu'un vote QS, tout comme un vote Parti Vert, c'est une participation (présentement en crise) à la machine électorale (et une certaine légitimation de ce système).

La voie parlementaire n'est pas un terrain de lutte pour les classes défavorisées.

anarchopragmatisme a dit…

Mais surtout on perpétue l'étatisme tentaculaire et obèse en favorisant l'idéologie fédéraleuse centralisatrice de Jean Charestm et en retardant la réalisation de la séparation du Québec!

Je ne vois pas ce qu'il y a d'anarchiste chez Culbec Suicidaire!

Anonyme a dit…

Té bon pour trouver des noms de parties anarcho....WOW!

Anonyme a dit…

merde j'ai mis un E à parti.

iMic (Michaël Lessard) a dit…

Ah, je viens de comprendre qui est ledit anarchopragmatisme: un des «Néolibéraux purs» dits Libertariens; d'où son mépris pour QS qu'il exprime beaucoup un peu partout sur Internet. D'où son style méprisant tout court finalement.

Disons donc que ma contribution modeste et amical à la discussion était pour les libertaires au sens de gauche du terme.

Zeytin a dit…

RE : N. Baillargeon

Je considère inutile de répondre aux invectives personnelles ou aux louanges qui vous sont faites, je compte m'attaquer à vos idées, car je respecte beaucoup votre personne.
Pour ma part, je considère contradictoire le fait de se réclamer anarchiste et de voter, voici pourquoi.
D'une part, l'anarchisme est indissociable de la démocratie directe qui elle est clairement contradictoire avec la démocratie représentative qu'incarne QS, et ce malgré leurs positions gauchistes. Je ne crois que l'on peut s'attendre de ce parti qu'il renverse l'économie-politique et qu'il permette la réalisation de l'auto-gestion; bien au contraire. Je soutiens que le vote est le moment où le citoyen aliène sa responsabilité politique ainsi que sa subjectivité.
La question que je vous pose, en tant qu'anarchiste, êtes-vous réellement contre l'État, peut importe la forme qu'il prend ? Si oui, pensez-vous vraiment qu'un parti comme QS acceptera de démanteler l'État si jamais il parvenait au pouvoir, même si cela signifie la destruction du parti ?
L'auto-gestion n'est pas réalisable d'aucune autre façon que par l'initiative de la masse et ne peut se faire imposer. Les partis politiques sont les images, les représentations de la réalité et QS ne se veut que la représentation spectaculaire du prolétariat. Son émancipation ne se fera pas par la politique, mais par eux-mêmes.

Louis-Thomas a dit…

À en croire la dernière publicité présentée par le gouvernement du Québec pour nous inciter à voter lors des prochaines élections provinciales, le fait de participer au processus électoral serait non seulement une manière d’exprimer ce que nous voulons et ce que nous pensons, mais aussi ce que nous sommes. Étant donné l’état de réification avancée de l’individu dans la société marchande actuelle, nous croyons que cette affirmation doit être démystifiée. La réification du sujet par la société capitaliste repose en grande partie dans le fait que celui-ci est devenu interchangeable. Sa force de travail pouvant être réduite à une marchandise ayant la même valeur que la même quantité de force de travail chez un autre être humain, celui-ci devient un objet qui est soumis à la loi de la valeur d’échange. Le sujet ayant perdu toute son autonomie subjective, laquelle ne peut exister qu’à travers le refus d’être échangeable à l’infini, il n’est plus un sujet à part entière. C’est exactement ce que l’idéologie dominante réaffirme, avec son habituelle violence, lorsqu’elle nous demande d’exprimer ce que nous sommes à travers son processus électoral. Si le fait de voter pour un parti revient à exprimer notre individualité, il faut admettre que celle-ci a exactement la même valeur que l’individualité de quiconque décide de voter pour le même parti. Comme dans la société de masse, où l’individu n’est rien d’autre que la fonction spécialisée qu’il occupe, nous ne sommes rien d’autre, pour le parti que nous choisissons, qu’un vote sans visage ni individualité. Le processus par lequel l’idéologie bourgeoise nous incite à nous exprimer individuellement dans l’organisation collective de la société, et donc par lequel elle nous incite à nous manifester en tant que sujets qui pensent et qui agissent dans le monde, est le même processus par lequel celle-ci abolit le sujet. On nous demande d’exprimer notre pensée par la négation de celle-ci. Voilà le genre de méthodes utilisées par les défenseurs de cette citoyenneté morte qui règne sur la vie.
Pour notre part, ce n’est pas par le vote mais par l’abstention que nous exprimerons ce que nous sommes. Nous sommes des anarchistes et nous avons déclaré la guerre à la démocratie bourgeoise. Nous revendiquons une construction directe, libre et consciente de nos vies, à travers une démocratie fondée sur le principe de la souveraineté absolue de la base et de la révocabilité permanente des élus. Le reste ne nous intéresse pas. Nous laissons la fausse conscience du sujet appauvri qui se croit pleinement réalisé aux réformistes et à leurs maîtres, et nous leur souhaitons de disparaître avec le système électoral qu’ils se tuent à défendre.

iMic (Michaël Lessard) a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
iMic (Michaël Lessard) a dit…

Hola,

Je crois que les deux derniers textes expriment avec éloquence la stratégie abstentionniste de la plupart des anarchistes.

Je veux exprimer brièvement pourquoi toutefois je respecte les diverses stratégies d'action des gauches démocratiques.

Une note juste avnat: le réformisme est une stratégie d'action, et non une identité ni une classe sociale.

Dans notre contexte nord-américain, où les assemblées populaires sont d'une rareté extrême*, il faut planter la graine qu'une démocratie participative-directe peut se créer.

Les valeurs libertaires doivent se propager tant dans nos milieux de vie, d'emploi, organismes et syndicats, dans les partis encore flexibles style QS/Vert, etc.

* Je salue d'ailleurs le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste à Québec qui le fait vraiment.

Note: J'ai essayé dans le NPD au Québec de faire valoir des principes démocratiques vraiment de base et, à date, c'est un échec total pour certains exécutifs locaux de Montréal. Je rappelle ici que l'idée est que nous (les gens) apprenions à être-agir de manière plus démocratique.

anarchopragmatisme a dit…

Je ne suis pas le seul anar à trouver ça stupide.

http://yabastarougeetnoir.wordpress.com/2008/12/07/lanarchisme-nest-pas-quebec-solidaire/

anarchopragmatisme a dit…

http://yabastarougeetnoir.wordpress.com/

Anonyme a dit…

ben bravo tas des ptits amis qui te comprennent

Jean-no a dit…

@anarchopragmatisme: Je poste depuis Paris, je ne sais pas ce qu'est Québec Solidaire et je ne connais rien à la politique au Québec. Du coup je n'y mets rien d'affectif.
Donc une remarque : votre nom est anarcho-pragmatisme. Je le trouve intéressant, parce que l'idée d'un anarchisme pragmatique, c'est à dire opportuniste, qui réfléchit en fonction des situations, est à mon avis une bonne voie. Je connais beaucoup de gens qui sont des anarchistes convaincus mais dont l'engagement signifie avant tout qu'ils refusent tout engagement. Ils se moquent des cathos mièvres qui distribuent la soupe aux clochards parce que ce n'est pas une solution ou parce que dieu n'existent pas, ils se moquent des gens qui votent parce qu'aucun programme n'est parfait, ils font tout pour échapper à l'impôt et au travail parce que de toute façons ils se font exploiter, etc. En même temps cette attitude est un peu facile, un peu commode, tout refuser, notamment parce qu'on en profité, en arguant que rien n'est jamais assez bien. Mais c'est une erreur, car la perfection est par essence virtuelle et donc, rien de ce qui est réel n'est parfait. S'engager dans la réalité impose des compromis ou des alliances temporaires et opportunistes. J'ai un peu honte de faire de la philo à deux cents sur le blog d'un philosophe mais bref,...
Je ne dis pas que l'utopie est une chose inutile ou à rejeter, mais juste qu'à un moment donné, le pays, la province, la municipalité, sont dirigées par quelqu'un, qu'à un moment on paie un impôt et que des décisions communautaires sont prises. La démocratie permet d'influer sur ces décisions. Elle est frustrante parce qu'on n'est pas tout seul à décider mais c'est justement le principe. Elle est aussi frustrante parce que tous les votants n'ont pas de bonnes raisons, mais ça fait partie du jeu, c'est l'égalité du citoyen devant la loi.
Aujourd'hui Normand fait un choix, sans engagement partisan visiblement, mais en fonction d'un contexte. Il l'annonce pour s'en expliquer. Quel mal y a-t-il à ça ?
L'anarchie ne peut pas être que le respect de la liberté de soi-même, ou alors elle se confond avec l'égoïsme. Le respect de la liberté (de parole, de vote) d'autrui me semble impératif.

iMic (Michaël Lessard) a dit…

@Jean-No

Ça m'a fait plaisir de te lire: ce n'est pas une philosophie simple ni évidente à saisir que la perfection c'est l'inaction, que choisir d'agir sur la réalité nous confronte au fait que nos propres actions sont loin d'atteindre nos idéaux.

Et évidemment je partage ta vision du respect dans la philosophie libertaire.

ciao

Aristippe was a punk a dit…

Une petite réaction depuis Paris également :
La question du vote chez les libertaires a toujours fait débat (et souvent de façon très polémique). En Espagne en 1936, la CNT (première organisation anarcho-syndicaliste d'Espagne, 2 millions d'adhérent)avait appelé à participer aux élections et a participé au gouvernement socialiste. Le but premier était de faire libérer ses milliers de militants emprisonnés. A court terme cette position "pragmatique" (ça c'est pour l'anarcho-pragmatique) a permis une expérience de révolution sociale sans précédent surtout en catalogne (collectivisations massives, processus autogestionnaires regroupant des populations en grand nombre, création de milliers de communes autonomes). Certain jugent qu'à plus long terme, cette décision de participer aux élections a contribué à l'échec de la révolution, l'écrasement des anarchistes et trotskistes du POUM par les communistes staliniens et finalement la victoire franquiste.
Alors on peut toujours se demander ce que nous ferions aujourd'hui dans pareille situation. Ce débat est loin d'être tranché et ne le sera sans doute jamais tant chaque situation est unique.
Dans un tout autre ordre de mesure, aux élections présidentielles en France en 2007, des collectifs issus du mouvement social et ne se reconnaissant pas dans les partis ont soutenu José Bové. Un "appel des libertaires à voter Bové" avait été lancé par Michel Onfray et Yannis Youlountas (voir l'appel et les commentaires ici : http://www.politis.fr/Peut-on-etre-libertaire-et,166.html)

Quand on sait que Bové a fait 1%, que la plupart de ces collectifs sont en train de s'auto-détruire entre divers partis (PDG, Alternatifs, LCR-NPA pour certains)et que Bové lui même se tire chez les Verts on se dit que bah non, les anarchistes n'avait rien a gagner à voter pour ce candidat (aussi bonnes fussent les idées défendues). AGIR AU LIEU D'ELIRE, tel a toujours été le mot d'ordre de la Fédération Anarchiste. Encore faut-il agir... Ce que certains abstentionnistes s'abstiennent de faire justement. Une autre idée est de profiter du "bouillonnement idéologique", de toutes les discussions qui ont lieu en période électorale pour lancer un mouvement politique et social en dehors des isoloirs, comme par exemple "La Otra Campana" des zapatistes au Mexique ou plus ironiquement le mouvement "Patate Power 2007" par le réseau No Pasaran en France (http://www.patate2007.org/modules/news/index.php?storytopic=3).

Dans tous les cas je pense qu'il faut se souvenir que les grand changement sociaux viennent de mouvements (grèves, luttes, etc...) En France, les lois favorables aux ouvriers du Front Populaire n'ont été possible que parce que 1936 a vu la plus grosse grève générale. La loi autorisant l'avortement en 1975 n'a été que le résultat d'un mouvement féministe fort (c'est d'ailleurs sous un gouvernement de droite).

Pour finir je pense qu'il faut toujours regarder avec circonspection un discours d'anarchiste qui veut uniquement et avant tout détruire l'État (pente glissante vers les libertariens ? ) Jean bricmont citait à juste titre Chomsky dans le film Chomsky et Cie : " L’Etat est une cage, mais en dehors de la cage il y a des fauves qui sont les grandes compagnies privées et, d’une certaine façon, la cage nous protège des fauves. Il faut donc étendre les barreaux de la cage mais ne pas la retirer tout de suite sinon on va se faire manger par les fauves. C’est une analogie qu’il a trouvée chez des travailleurs libertaires au Brésil et qu’il reprend à son compte." Je suis plutôt sur cette ligne là sans oublier qu'il faudra bien les retirer un jour ces barreaux !

Enfin, je me méfie des sois-disant anarchistes autoproclamés qui cherchent à démasquer les "faux", les "traitres" etc... L'anarchisme est un ensemble de concepts et de principes, pas "un badge de qualité garantit 100% pur anar".
Si je suis plutôt en désaccord avec M. Baillargeon sur la question du vote je préférerais en discuter (longuement) que de lancer une pique désagréable dans le premier commentaire. Les anarchistes n'ont globalement pas tendance à rejeter ceux qui commettraient "le péché" (les vilains !) de voter une fois ou deux. J'ai assisté avec grand intérêt à une présentation de Normand à la libraire de la fédération anarchiste à Paris il y a quelque mois et suis persuadé que la FA n'hésiterait pas à le réinviter, eusse-t-il voté ou non.
A bientôt

Eric A a dit…

Le plus drôle, et le plus triste peut-être, est que anarchopragmatisme ne s'oppose même pas à l'idée de voter. Cette position-là est raisonnablement défendable mais il n'en fait rien. Sa hargne vient du seul fait qu'on ne vote pas PQ. C'est en ne votant pas PQ qu'on devient complice de la réélection des libéraux, et qu'on mets des bâtons dans les roues du souverainiste qu'il est. Le paradoxe est là. Ce n'est pas par refus de compromission qu'il s'en prend à QS, c'est pour une raison obscure (prône la violence étatique) qui demeure sans explication.
Une rapide lecture de son blog désagréable vous permettra de faire le tour de ses positions qui n'en sont pas.

Anarchopragmatisme, tu devrais comprendre que des affirmations aussi étranges que les tiennes impliquent la nécessité de très bons arguments pour qu'on les écoute. Pas seulement de la rhétorique de sous-sol et des mauvais jeux de mots.