samedi, décembre 05, 2009

DES NOUVELLES

Je me rends compte que je néglige quelque peu ce blogue par les temps qui courent. La raison en est qu'entre textes à rendre et réponses à mes courriels, je n'ai plus de temps du tout. La catégorie texte comprend les articles promis et cela se gère encore; mais ce sont les deux livres que je menais de front, avec dates de tombées précises, qui m'ont eu.

Le premier de ces livres est une Introduction à la philosophie, enfin terminée: j'attends les commentaires de l'éditeur. Le deuxième, ce sont ces Écrits sur l'université, de Chomsky. Je travaille avec une équipe de bénévoles formidables, heureusement, sans quoi ce livre n'existerait pas. J'en suis à réviser les textes traduits, à préparer l'introduction et l'appareil critique. Avec un peu chance, je verrai Chomsky sous peu afin de réaliser un entretien qui fermerait l'ouvrage.Remise du manuscrit: janvier. Après quoi j'attaque mon livre de Philosophie de l'éducation, un monstre sur lequel je travaille depuis des années.

En attendant, Louis Cornellier, du Devoir, vient de rendre compte, d'une manière toute personnelle, de Raison Oblige — et aussi de Contre la Réforme, mais dont il ne parle pas, finalement.

Les Publications Universitaires, animées par le très dynamique et toujours préparé Guillaume Lamy, m'ont reçu pour parler de trois ouvrages récents.

Le Délit Français, organe des étudiantes et étudiant francophones de Mc Gill, publie un entretien avec moi sur l'université, aux thèmes que les lecteurs de ce blogue connaissent bien.

L'entretien sur l'éducation accordé à N'autre école, est paru dans le dernier numéro.

Finalement, Libération publie un texte sur l'édition des écrits de Voltairine de Cleyre que Chantal Santerre et moi même avons publiée.

Je publierai sous peu ici le texte que je viens d'envoyer au Monde Libertaire. Et quelques autres textes qui s'en viennent.


Heureusement que je n'ai pas de cours cette session!

C'est que mes aimables collègues ayant aboli les grands groupes du cours de Fondements de l'éducation que je donnais d'habitude, avec bien du plaisir et, il me semble, à la satisfaction des étudiantes et étudiantes, je me paie le luxe, plutôt triste je l'avoue, de ne pas enseigner.


P.S. Contrairement à mon habitude, j'ai même négligé de dire merci aux personnes qui ont laissé des commentaires ici: mes plates excuses et merci à toutes et tous.

9 commentaires:

Jean-Joël Kauffmann a dit…

Bonjour M. Baillargeon,

Bon courage et merci pour tout ce que vous faites. Tenez bon !

Cordialement

JJK

lebarbareerudit a dit…

Cher Normand, je crois que tous vos lecteurs, et je m'inclus dans le lot, ne s'offusqueront pas de votre soi-disant négligence. Au contraire! Sachant tout le dévouement que vous nous offrez en reprenant ici régulièrement un grand nombre de vos textes, il va de soi que nous saurons non seulement être patient, mais aussi indulgents.

É. a dit…

Bonjour Normand,

Si vous pouviez nous expliquer (discrètement ou à demi-mots, à la rigueur) l'inouïe cécité de monsieur Chomsky en ce qui a trait au 11 septembre, ça comblerait un immense besoin.

Sa profession de foi pro-Cheney sur ce thème (et celle de Zinn, en tous points identique) a fait partie de mes grands chocs psycho-sociaux des dix dernières années.

Normand Baillargeon a dit…

@Jean-Joel et lebarbareerudit: merci de ces bons mots.

@É: pouvez-vous préciser, svp?

Normand B.

Eric a dit…

Je pense que E se rallie à ceux qui en veulent à Chomsky d'avoir peu commenté et critiqué dès le début les thèses voulant que les attentats du 11 septembre 2001 aient été pensé par le gouvernement américain et Bush lui-même.

Chomsky a avancé au moins trois arguments contre cette forme de théorie du complot: 1) Il condamne que les études soit disant scientifiques qui portent en conclusion l'invraisemblance des explications officielles ne soient jamais faites par de réelles autorités en la matière.
2) Il affirme aussi qu'un complot d'une telle ampleur se saurait, que les instances démocratiques le sont au moins suffisamment pour protéger la population contre un aussi énorme détournement de fait.
3) Il affirme que cette théorie du complot est un formidable gaspillage d'énergie intellectuelle et de place médiatique qu'on aurait dû consacrer à de réels enjeux politiques.

Pour ma part, je pense que l'administration américaine et Bush ont déjà reconnus assez de leurs crimes et mensonges qu'il n'est pas nécessaire d'en découvrir ou d'en inventer davantage avant de les gravement sanctionner.
Et je m'étonne toujours un peu que des gens sérieux, comme Omar Aktouf peuvent aller jusqu'à affirmer le 11 septembre est l'incendie du Reichstag des Américains.

Normand Baillargeon a dit…

@ Éric: Merci de cette précision. Vous résumez bien, je pense, ce que C. a dit à ce sujet.

Normand

eric a dit…

Ça peut valoir le détour.

http://sceptiques.qc.ca/assets/docs/argu/Complot.pdf

Normand Baillargeon a dit…

@+ric: Merci!
Normand

Anonyme a dit…

Normand, quand vous verrez Chomsky, vous lui demanderez aussi pourquoi il continue de refuser d'analyser et de critiquer le pouvoir et le rôle que détient le lobby juif pro-israélien sur la politique étrangère des États-Unis au proche-orient.

http://www.palestine-solidarite.org/debat.James_Petras.040406.htm